Aller au contenu

Des lectrices et lecteurs salariés

Un rayonnement régional

Aujourd’hui, Lis avec moi, c’est une équipe de professionnels implantés sur l’ensemble des départements du Nord et du Pas-de-Calais, et intervenant aussi dans le nord de la Somme et de l’Aisne.

17

Professionnels

+ de 100

Communes impliquées

+ de 200

Projets de lecture organisés

Une équipe engagée et passionnée

Pour animer des séances de lecture, organiser des formations, élaborer et coordonner des projets, développer des partenariats et proposer toutes les actions autour des partages de lectures et des albums.

Portraits : fond bleu par Barbara Grossmann – autres par Lis avec moi

Elles et ils ont fait partie de l’équipe professionnelle de Lis avec moi

  • Celles et ceux qui sont partis de l’autre côté, et leurs voix résonnent toujours à nos oreilles :
    Yann Bottin, Daniel Fatous, Monique Langlois, Laurette Laversin, Annie Roger, Suzanne « Zoun » Vernier.
  • Celles et ceux qui ont continué leur chemin ailleurs :
    Danielle Auclert, Claudie Baker, Théo Battesti, Agnès Busch, Cédric Carré, Esyld Carval-Colas, Garance Cutillas, Antoine De Gandt, Valérie Dib, Laurence Dupriez, Marie-Odile Delcambre, Elisabeth Dubois, Claudie Dufour, Françoise Geeraert, Alice Gouraud, Sophie Hage, Blandine Kolman, Bertrand Lanciaux, Antoinette Le Marois, Anne Leviel, Catherine Martinache, Marie-France Painset, Zaïa Rahni, Aymée Roubinowitz, Maryvonne Royez, Rafaële Rudent, Olivier Spilmont, Annie Sylvestre, Francine Venière, Pascale Villette, Ségolène Yecke-Lombi.

Merci à ces compagnes et compagnons de route.

Lectrice, lecteur un métier original à part entière

Venus d’univers très différents, nos lectrices et lecteurs salariés ont en commun d’aimer les livres, le travail avec les enfants, les adolescents et les adultes ainsi que la rencontre avec les familles.

Un métier hybride et atypique, qui s’est inventé au fil du temps.

Une lectrice part à la rencontre des gens. Sans cesse sur la route vers tous les publics, même dans des lieux atypiques tels que les PMI ou les lieux caritatifs, afin de partager des histoires, des lectures, en se sentant soutenue par l’expérience et la force de la littérature jeunesse.

Nous sommes des médiateurs, des passeurs d’histoires.
Nous utilisons le livre, principalement l’album, sans animation autour. Nous ne faisons pas de spectacles ; nous souhaitons partager avec d’autres quelque chose d’ordinaire et d’extraordinaire à la fois.

Nous aimons lire des histoires. Nous avons à cœur de transmettre à d’autres ce plaisir et désir de lire, sur tous les lieux possibles, sans injonctions, telles que « il faut lire… ».

Être lecteur ou lectrice, c’est...

Lire à voix haute
Avoir une voix agréable, lire de façon fluide, intelligible et sensible, et aimer la transmission orale au service d’une œuvre. Une lectrice, c’est avant tout une voix, un corps, un regard. Chaque lecture l’engage, l’interroge et l’invite à oser proposer sans imposer, dans une juste présence à l’autre.

Lire à voix haute n’est pas réciter, c’est s’immerger dans le texte d’un auteur ou d’une autrice, pour le rendre juste dans son rythme, sa musicalité, sa sensorialité, au service du sens et à destination d’une personne. Et chaque lecture renouvelle cette rencontre.
Savoir s'adapter
S’adapter, c’est conjuguer rigueur et légèreté.
La rigueur, pour être professionnels et respecter l’éthique et les principes fondamentaux de l’action.
La légèreté, pour oser s’exposer à travers la lecture et s’ajuster, confiant, à chaque situation.

Savoir faire face à l'imprévu et se renouveler sans cesse exigent de la souplesse. C'est ça qui fait aussi le charme de ce métier parce que sinon il serait routinier !
Avoir un sens du social
Avoir un sens du social, c'est aimer aller à la rencontre des gens, d'humain à humain, sans a priori, en particulier vers ceux qui en ont le plus besoin ; c'est construire et nourrir des liens de sociabilité, cultiver le non-jugement et respecter la confidentialité.

Chaque personne a ses ressources, sa richesse culturelle, construite d’histoires, de chansons, de musiques, de langues, et son histoire propre avec les livres. Mais ce qui est sûr, c’est que tous les humains ont besoin de récits, et c’est ainsi que la rencontre se fait.
Cultiver le goût de la lecture et connaître la littérature de jeunesse
La connaissance des albums se construit en lisant, en lisant encore et en analysant les albums, notamment sur le rapport texte-image. Elle s’aiguise par l’expérience, les échanges et les formations. Ce travail de veille littéraire et artistique est nécessaire pour continuer à se renouveler, ne pas se lasser des livres qu’on a lus et relus - même si les classiques ont toujours leur place ! - et ainsi proposer des sélections d’albums variées.

La qualité des albums choisis est déterminante. C’est le contraire de l’élitisme et de l’entre soi. Il s’agit de droit culturel : le droit d’avoir accès à un patrimoine culturel riche qui n’est pas toujours très connu.
Être nomade et travailler en autonomie
Les lectrices travaillent souvent seules, tout en pouvant compter sur le collectif de l’équipe et le réseau de partenaires.

Très souvent en déplacement, elles font preuve de flexibilité dans leurs emplois du temps, tout en transportant en permanence leurs albums… comme s’ils étaient greffés à elles !
Travailler en partenariat
Développer un réseau de partenaires sur un territoire demande du temps et de l’énergie. C’est fondamental pour soutenir l’efficacité et la pérennité des actions, créer des relais, nourrir une dynamique territoriale.

Habiter un territoire ou en tout cas bien le connaître, c’est un atout. Croiser les gens, faire des rencontres, tisser du lien, voir ce qui se fait, tout ce travail est aussi important que la lecture.

Une lectrice n'est pas amenée à rester sur un lieu. Son objectif premier est la transmission et le passage de relais. La bibliothèque, les structures de la ville ou de l’agglomération pourront accompagner les familles à rester des lecteurs pour elles et leurs enfants.
Se former et se remettre en question constamment
Être passeurs, passeuses d’histoires est une activité professionnelle à la fois simple et complexe qui nécessite de se former en continu, seul, en équipe, sur le terrain, dans des stages, en suivant ce qui se fait et se réfléchit ailleurs.

Lire, ce n’est pas seulement lire. C’est aussi s’interroger sur la qualité du livre, sur la pratique et le travail de la lecture à voix-haute, sur l’approche des publics que ce soit des bébés, des enfants ou des adultes. Tout cela demande de la réflexion. Comme il n’y a pas de formations initiales là-dessus, on construit les parcours de formation selon nos besoins.
Observer et réfléchir à partir de ses observations
Écrire des observations sur les situations de lecture permet d’approfondir les pratiques et les bilans d’évaluations.

Des observations sans jugement avec le moins d'interprétation possible. Pour autant, c'est toujours une observation subjective, qui met en avant le ressenti. Observer le plus « justement » possible, c'est comme s’il y avait un tableau qui se déroulait devant soi mais dans lequel on est partie prenante.
Croiser les regards et les expériences avec les différents publics
Lire des albums pour tous les âges, des plus jeunes aux plus âgés, auprès de personnes dans des situations de vie diverses, dans des territoires variés. Cela offre une grande richesse d’expériences et nourrit la transversalité et la réactivité du métier. 

Entre par exemple un centre d'accueil pour demandeurs d'asile avec des ateliers parents-enfants et des domiciles dans l’intimité des familles, des lectures dans les rues des quartiers avec des adolescents, des lectures en foyer pour personnes âgées et des consultations de PMI où les familles viennent pour autre chose que la lecture, la pratique de lecture d'une lectrice s'enrichit sans cesse des apports des différents lieux, publics et ambiances.
Avoir à cœur de transmettre la richesse des lectures
Nous vérifions chaque jour combien les enfants adorent les histoires et sont enthousiastes avec les livres, et combien les rencontres de lecture touchent petits et grands. Nous élaborons des formations et des accompagnements pour les professionnels, les lecteurs bénévoles et les parents.

Nous sommes des passeurs et des passeuses d’histoires. C'est dans les yeux de ceux qui nous écoutent que nous prenons conscience des apports multiples des histoires. Et c’est ce que nous souhaitons transmettre aux parents : l’importance des partages d'histoires sur l’éveil de leurs enfants, si on prend le temps de le faire régulièrement.
Précédent
Suivant

Finalement, c'est quand même un métier très particulier...
Eh oui, on ne fait pas que lire !

error: Le contenu est protégé.